Nous véhiculons des souffrances, des traumatismes souvent profonds, mais avec le temps, nous pouvons apprendre à refermer les plaies, et à essayer de les guérir pour aller plus loin ! Ce n'est pas facile , je le redis, et nous avons besoin de l'aide des autres pour y parvenir. Des professionnels en psychologie, en techniques de bien-être, des énergéticiens peuvent nous aider à nous sentir mieux avec nous-même et avec notre passé. Ce qu'il faut, c'est se réconcilier avec son passé. Toute méthode qui peut nous faire du bien est bonne, rien n'est à négliger.

            1)   Travail sur l'énergie.J'insiste un peu sur les soins de notre énergie dans l'aura ou dans nos chakras, car je pense indispensable de soigner les mémoires noires inscrites dans notre corps énergétique qui perturbent le bon fonctionnement des chakras ou des méridiens énergétiques, ou qui décolorent notre aura. Il est bon de ne pas oublier cet aspect important de notre organisme. Des techniques variées existent telles que le Reiki, le Shiatsu, l'acupuncture, la pranothérapie, la chromothérapie... peuvent aider.

              2)    Travail de  l'Esprit : En méditation, vous pouvez vous réconcilier avec votre passé, en le considérant comme une expérience fort utile. Détendu, vous vous concentrez sur une situation difficile de votre vie que vous auriez préféré ne pas vivre, avec les personnes qui y jouèrent un rôle négatif en pensant qu'elles vous ont fait du tort. Dites-vous que cette situation est une avancée dans votre progression, une expérience pour comprendre la vie et son fonctionnement. Cette situation est un échelon dans l'échelle de votre destinée personnelle alors que sans elle vous ne seriez pas là où vous en êtes aujourd'hui, quelqu'un de meilleur, d'aguerri, de réaliste et plus naturel, plus humble aussi et c'est important. A terme, si vous parvenez à sourire intérieurement à ce passé douloureux, ou tout du moins à le tolérer comme incontournable,  et si vous réussissez à remercier, dans votre coeur ces personnes qui jouèrent un rôle d'agents de votre progression, bravo. Vous n'êtes pas obligé de leur dire merci oralement, mais le penser c'est un grand pas vers votre bien-être.

Tant que le négatif inscrit dans votre inconscient ne sera pas ainsi épuré, il persistera et vous perturbera un moment ou un autre. Il est bon d'être convaincu que notre venue sur terre a pour but une évolution de nous-même et de notre âme. Alors pour mettre en oeuvre cette évolution, chaque expérience heureuse ou douloureuse est une expérience utile. Si on est en joie, on progresse bien, mais si on souffre alors on progresse vite.

                 3)    Utilisation du corps : Je donne un exemple conseillé : c'est la technique "émotional freedom technic". Cette méthode nommée aussi E.F.T. qui connecte l'esprit et le corps,  travaille sur l'information qui circule dans l'énergie et s'échappe alors du corps physique, afin d'éliminer les émotions négatives inutiles.  Dans cette technique il faut nous tapoter la peau, sur les points de trajet de l'énergie, pour faire sortir les mauvaises pensées et rentrer les bonnes, pour lâcher tous les traumas associés à telle ou telle fausse pensée. La phrase-clef en tapotant est "je libère et je lâche". "Je libère et je lâche toutes mes envies de pleurer". "Je libère et je lâche le doute envers moi-même."  Il nous est possible alors de libérer et de lâcher tout, et notamment les "oui, mais...je n'y arriverai pas..." etc. L'E.F.T termine avec cette phrase : "Même si ...[j'ai ce problème ou ce désagrément...], je m'aime et je m'accepte totalement et profondément". Avec l'admission de ses faiblesses ou de ses émotions terribles, on s'aime soi-même, parce qu'on est un être fondamentalement bienfaisant dans son âme divine, et il est excellent de se le répéter.

         Dans l'excellente technique de l'ho'oponopono, nous pouvons nous débarrasser de tout ce qui nous touche, car dès l'instant que tel sujet ou tel défaut nous touche, c'est que nous avons le concept en nous-même, et il est à travailler. Ce qui nous met en colère, ce qui nous scandalise, ce qui nous attriste se trouve dans notre mémoire cellulaire. En effet, nos cellules enregistrent tout ce qui se passe dans notre vie. Les informations, surtout celles liées à des évènements à émotions fortes sont retenues par les cellules, transmises au cerveau ou emmagasinées dans les cellules du corps qui réveillent parfois les douleurs. Ces programmations cellulaires, vécues ou aussi héritées de notre famille, sont dans un bon nombre de cas sources de maladies et de souffrances souvent incomprises. La technique ho'oponopono joue sur ces mémoires cellulaires pour transmuter les mémoires sombres en vide, qui pourra accueillir la lumière.

Cette technique se résume en six mots : "Désolé, Pardon, Merci, Je t'aime". Sachant que nous sommes "créateur de notre vie", nous avons une part de responsabilité, plus ou moins importante, dans tout ce qui se passe. 1.En disant "je suis désolé, ou je regrette", on reconnaît le conflit et sa propre part de responsabilité. 2.En disant "pardonne-moi" on donne la possibilité de se pardonner à soi-même et à l'univers d'avoir créé cette situation. 3.En disant "merci", on remercie d'être pardonné, on remercie l'univers d'avoir réveillé cette mémoire qui était en nous afin de la nettoyer. 4.En disant "je t'aime", on envoie une énergie d'Amour à soi-même et à l'univers, c'est le nettoyage de la mémoire limitante, on pourrait dire aussi "je m'aime". Dans le but d'y associer le corps, on s'imagine avec ses bras astraux (avec l'énergie intrinsèque de ses bras) racler ses cellules et faire une boule de toute cette mémoire noire qui se trouve dans ses cellules. Ce peuvent être les cellules du cerveau qui remémore des souvenirs douloureux, les cellules physiques d'un organe qui font souffrir... Cette boule d'énergie noire, on la façonne dans ses mains astrales, ou aussi dans ses mains physiques si on préfère, on la presse en une boule compacte qu'on lancera dans les cieux pour libérer l'information dans l'univers et la sortir de soi. Cette technique s'utilise pour tout ce qu'on a en soi et qu'on n'apprécie pas, pour ses regrets, pour la guerre qu'on déteste, pour les mauvaises considérations sur les personnes, pour tout ce qui nous chiffonne... AMOUR veut aussi dire LIAISON AU TOUT, demandons pardon pour la guerre qui a lieu à 10 000 km, car étant lié au tout, j'admets que j'ai une part minime,  0.00001 % peut-être, mais une part tout de même de responsabilité. [Ne serait-ce qu'y penser... maintient la guerre et surtout l'énergie de la guerre dans "l'Océan de la Pensée Universelle", force astrale indiquée ultérieurement dans la rubrique "rendre sa mémoire propre", et la guerre se maintient quelque part.]  

             4)    Travail grâce au langage: Autre technique, se parler à soi-même [ en se regardant 'droit dans les yeux' fermés ! ]. "Je veux aller à la rencontre de cet être, de cet être qui porte mon nom, qui est moi, mais que parfois je ne reconnais pas. Je veux rencontrer les forces négatives qui me bouleversent, maîtriser mes pulsions, mes émotions dévastatrices. Je laisse revenir dans mon esprit les mauvais souvenirs, les échecs, les humiliations, les angoisses ou les peurs qui m'empêchent de vivre vraiment. Je n'ai rien à craindre de moi-même, je ne crains plus cette souffrance morale car je veux la réduire ou l'anéantir [pour cela, voir la rubrique ultérieure : "rendre sa mémoire propre"]. Je vais à la rencontre de ma part d'ombre, de mon pôle négatif,  je vais conquérir en moi le royaume négatif en laissant monter les images, les émotions désagréables, les moments douloureux. Je les accepte car ils ont été une réalité un temps dans ma vie, maintenant soit je me dis que c'est "dans l'ordre normal des choses de la vie", soit je change la fin en me visualisant dans l'esprit une solution grâce à ces questions "et après ? et après qu'est ce qui se passe ? et après comment cela pourrait-il finir ? et après qu'est ce que cela a apporté à ma vie ?"

 

 

 

Sachez-le, dans nos gènes et dans la neurochimie biologique de notre nature humaine, est enracinée une adaptabilité aux défis de l'existence. Développez cette faculté, elle est en vous ; même si elle a été diminuée par votre éducation ou votre vécu difficile. Vous arriverez alors à la résilience. La résilience émotionnelle est un terme anglais signifiant plasticité, possibilité d'autoréparation psychologique pour un sujet traumatisé. C'est un vrai défi, mais votre réussite n'en sera que plus méritante.

En finir avec la rumination mentale ! Renaître moralement comme neuf, sans ce passé de douleurs, dans un nouveau jour, le cerveau libre ...Tel est le grand projet !!!

 

 

 

 

 


5) Une autre méthode utile à connaître est l'écriture.

Elle consiste à écrire sur un carnet ou un papier bien rangé son traumatisme dans le but de se libérer sans rejeter, c'est une méthode efficace de libération. Celui-ci n'est ni rejeté, ni nié, ni détruit mais confié, même si ce n'est qu'à un papier, et inconsciemment le mental est soulagé.

Jawes W. Pennebaker, professeur à l'Université méthodiste du Sud à Dallas, auteur du livre "The Healing Power of Confession", s'est livré à une étude qui ouvre des perspectives intéressantes : il s'agit des changements qui interviennent lorsque l'on décrit ses sentiments dans un journal intime. J.W. Pennebaker a montré à de nombreuses reprises les bienfaits qu'apporte le fait d'écrire sur des évènements traumatiques. Non seulement les personnes qu'il a étudiées se sont senties mieux émotionnellement après s'être épanchées sur le papier, mais leur santé physique s'est grandement améliorée.
Cet auteur a étudié trois groupes de sujets, qui tous avaient perdu leur emploi. Il a demandé au premier groupe d'écrire pendant vingt minutes, cinq jours d'affilée, sur la façon dont ils pensaient dorénavant organiser leur temps et sur leurs idées pour trouver un nouveau travail. Le deuxième groupe devait écrire sur des sujets quelconques, également pendant cinq jours. Dans le troisième groupe, chaque personne avait pour tâche d'analyser ses pensées et ses sentiments les plus profonds concernant la perte de son emploi. Au bout de quatre mois, 35 % de ceux qui avaient décrit leurs sentiments avaient retrouvé un travail contre seulement 5 % des membres du groupe de contrôle qui avaient écrit sur des sujets banals. Aucun de ceux qui avaient planifié l'aménagement de leur temps n'avait retrouvé du boulot. Pannebaker pense que l'écriture a aidé le troisième groupe à mieux se présenter au cours des entretiens d'embauche parce qu'ils avaient surmonté leur colère et leur amertume, et avaient développé une perspective équilibrée. Ils avaient réussi à dépasser leur traumatisme et étaient capables de vivre avec confiance. D'un autre côté, ceux qui s'étaient intéressés à la gestion de leur temps avaient créé "une sorte d'obsession" potentiellement destructrice. En se concentrant constamment sur leur survie quotidienne, ils étaient restés coincés dans la colère et l'anxiété.

L'écrit oblige la raison à intervenir, on arrive à sortir de ses sentiments et de ses émotions plus facilement. Moins il y a d'émotions, mieux ça marche.

                                       

Une autre méthode pour diminuer ses émotions marche aussi : Désirez très fort, visualisez dans l'esprit ce que vous désirez en le considérant dans votre visualisation réalisé dans la réalité matérielle ; priez même, pourquoi pas ! S'il s'agit d'un évènement courant, une moyenne de neuf jours (la neuvaine chrétienne) en vous concentrant bien et tant que vous le pouvez sur la scène du résultat bénéfique, une fois par jour, est suffisante. S'il s'agit d'un évènement primordial ou compliqué, trois fois neuf jours soit 27 jours, chaque jour vous visualisez dans la tête la fin heureuse, en tentant de rester concentré le plus longtemps possible, c'est à dire quelques minutes.

Ensuite,  cessez de vouloir contrôler les résultats, n'y pensez plus, ayez confiance, laissez faire et cessez de vouloir tout contrôler. Laissez faire l'organisation de la vie dans laquelle l'astral ou l'énergie universelle (ou tout autre nom que vous voulez concernant les énergies véhiculant l'information ; le nom de Dieu fonctionne bien aussi...)  a pris en compte votre pensée forte dans la masse d'informations qu'ils véhiculent invariablement. Cet astral ou cette énergie, lumière ou conscience universelle, donnera le résultat en son temps et à sa manière, toujours imprévisible. " En effet, nous ignorons tant de paramètres, tant d'éléments entourant la réalisation de notre désir que faire confiance à la vie est la meilleure disposition pour l'obtenir". Cessons d'avoir des attentes trop précises, idéalisées, qui omettent de prendre en compte à la fois l'inexorable "loi de cause à effet" et l'intervention des autres avec leur libre-arbitre. Désirons ou prions avec la conscience de notre impuissance à tout contrôler ; tout en ayant la conviction que le résultat heureux que nous avons visualisé existe déjà dans l'invisible et va se concrétiser dans la vie matérielle.

Paradoxalement, l'hyper-intention empêche la réalisation du désir, il est bien meilleur de ne pas en faire une obsession sinon on gâche tout par une attitude contraire, trop exigeante, avec trop d'attentes.

Avec confiance, laissez au temps et à la vie la possibilité de trouver la solution la meilleure dans son contexte. Lorsque, plus tard, votre visualisation s'est réalisée concrètement, remerciez ces forces invisibles mais réellement existantes qui nous aident dès l'instant que l'on croit sincèrement en elles et qu'on leur fait confiance.

                                      

En conclusion, aidons-nous nous-même en comprenant que c'est grâce à nos expériences de vie que nous pouvons progresser, car chacun d'entre nous a des leçons à tirer et à assimiler au cours de son existence. Elles nous amènent à faire de bons ou de mauvais choix dans un but essentiel, celui d'apprendre. Il ne s'agit pas là d'apprendre des connaissances culturelles ou linguistiques car ce sont des moyens qui n'ont d'utilités que pour la vie matérielle mais qui sont illusoires pour la vie spirituelle c'est à dire la vie de notre esprit et de notre conscience, illusoires aussi pour l'évolution de notre âme. Il s'agit ici d'apprendre les situations de vie qui nous permettent de vivre sereinement et calmement, et qui amèneront à la fin de notre existence terrestre nul regrets et nul remords. Il s'agit d'apprendre ce qui va nous permettre de libérer notre esprit afin de le vider. L'esprit vide de traumatismes s'ouvre alors à des connaissances merveilleuses sur l'invisible, sur la conscience universelle, sur une immensité de découvertes toutes plus surprenantes les unes que les autres, et qui sont du bonheur.

Pour évoluer, changeons notre regard sur les choses, apprécions le côté illusoire de la vie matérielle ou sociale sur la terre, car les moyens matériels mis à notre disposition qu'il s'agisse d'objets (maison, argent...), ou de relations personnelles, sentimentales et familiales, ne nous sont que seulement prêtés pour un moment. Alors, apprécions-les maintenant sans nous fixer sur elles pour le futur.

Le ruisseau perdrait sa chanson si on enlevait tous les cailloux !

Il faut à la fois la pluie et le soleil pour faire un arc-en-ciel !

Il pleut ! C'est merveilleux !

 
Trouver le Bonheur