5) Une autre méthode utile à connaître est l'écriture.

Elle consiste à écrire sur un carnet ou un papier bien rangé son traumatisme dans le but de se libérer sans rejeter, c'est une méthode efficace de libération. Celui-ci n'est ni rejeté, ni nié, ni détruit mais confié, même si ce n'est qu'à un papier, et inconsciemment le mental est soulagé.

Jawes W. Pennebaker, professeur à l'Université méthodiste du Sud à Dallas, auteur du livre "The Healing Power of Confession", s'est livré à une étude qui ouvre des perspectives intéressantes : il s'agit des changements qui interviennent lorsque l'on décrit ses sentiments dans un journal intime. J.W. Pennebaker a montré à de nombreuses reprises les bienfaits qu'apporte le fait d'écrire sur des évènements traumatiques. Non seulement les personnes qu'il a étudiées se sont senties mieux émotionnellement après s'être épanchées sur le papier, mais leur santé physique s'est grandement améliorée.
Cet auteur a étudié trois groupes de sujets, qui tous avaient perdu leur emploi. Il a demandé au premier groupe d'écrire pendant vingt minutes, cinq jours d'affilée, sur la façon dont ils pensaient dorénavant organiser leur temps et sur leurs idées pour trouver un nouveau travail. Le deuxième groupe devait écrire sur des sujets quelconques, également pendant cinq jours. Dans le troisième groupe, chaque personne avait pour tâche d'analyser ses pensées et ses sentiments les plus profonds concernant la perte de son emploi. Au bout de quatre mois, 35 % de ceux qui avaient décrit leurs sentiments avaient retrouvé un travail contre seulement 5 % des membres du groupe de contrôle qui avaient écrit sur des sujets banals. Aucun de ceux qui avaient planifié l'aménagement de leur temps n'avait retrouvé du boulot. Pannebaker pense que l'écriture a aidé le troisième groupe à mieux se présenter au cours des entretiens d'embauche parce qu'ils avaient surmonté leur colère et leur amertume, et avaient développé une perspective équilibrée. Ils avaient réussi à dépasser leur traumatisme et étaient capables de vivre avec confiance. D'un autre côté, ceux qui s'étaient intéressés à la gestion de leur temps avaient créé "une sorte d'obsession" potentiellement destructrice. En se concentrant constamment sur leur survie quotidienne, ils étaient restés coincés dans la colère et l'anxiété.

L'écrit oblige la raison à intervenir, on arrive à sortir de ses sentiments et de ses émotions plus facilement. Moins il y a d'émotions, mieux ça marche.

                                       

Une autre méthode pour diminuer ses émotions marche aussi : Désirez très fort, visualisez dans l'esprit ce que vous désirez en le considérant dans votre visualisation réalisé dans la réalité matérielle ; priez même, pourquoi pas ! S'il s'agit d'un évènement courant, une moyenne de neuf jours (la neuvaine chrétienne) en vous concentrant bien et tant que vous le pouvez sur la scène du résultat bénéfique, une fois par jour, est suffisante. S'il s'agit d'un évènement primordial ou compliqué, trois fois neuf jours soit 27 jours, chaque jour vous visualisez dans la tête la fin heureuse, en tentant de rester concentré le plus longtemps possible, c'est à dire quelques minutes.

Ensuite,  cessez de vouloir contrôler les résultats, n'y pensez plus, ayez confiance, laissez faire et cessez de vouloir tout contrôler. Laissez faire l'organisation de la vie dans laquelle l'astral ou l'énergie universelle (ou tout autre nom que vous voulez concernant les énergies véhiculant l'information ; le nom de Dieu fonctionne bien aussi...)  a pris en compte votre pensée forte dans la masse d'informations qu'ils véhiculent invariablement. Cet astral ou cette énergie, lumière ou conscience universelle, donnera le résultat en son temps et à sa manière, toujours imprévisible. " En effet, nous ignorons tant de paramètres, tant d'éléments entourant la réalisation de notre désir que faire confiance à la vie est la meilleure disposition pour l'obtenir". Cessons d'avoir des attentes trop précises, idéalisées, qui omettent de prendre en compte à la fois l'inexorable "loi de cause à effet" et l'intervention des autres avec leur libre-arbitre. Désirons ou prions avec la conscience de notre impuissance à tout contrôler ; tout en ayant la conviction que le résultat heureux que nous avons visualisé existe déjà dans l'invisible et va se concrétiser dans la vie matérielle.

Paradoxalement, l'hyper-intention empêche la réalisation du désir, il est bien meilleur de ne pas en faire une obsession sinon on gâche tout par une attitude contraire, trop exigeante, avec trop d'attentes.

Avec confiance, laissez au temps et à la vie la possibilité de trouver la solution la meilleure dans son contexte. Lorsque, plus tard, votre visualisation s'est réalisée concrètement, remerciez ces forces invisibles mais réellement existantes qui nous aident dès l'instant que l'on croit sincèrement en elles et qu'on leur fait confiance.

                                      

En conclusion, aidons-nous nous-même en comprenant que c'est grâce à nos expériences de vie que nous pouvons progresser, car chacun d'entre nous a des leçons à tirer et à assimiler au cours de son existence. Elles nous amènent à faire de bons ou de mauvais choix dans un but essentiel, celui d'apprendre. Il ne s'agit pas là d'apprendre des connaissances culturelles ou linguistiques car ce sont des moyens qui n'ont d'utilités que pour la vie matérielle mais qui sont illusoires pour la vie spirituelle c'est à dire la vie de notre esprit et de notre conscience, illusoires aussi pour l'évolution de notre âme. Il s'agit ici d'apprendre les situations de vie qui nous permettent de vivre sereinement et calmement, et qui amèneront à la fin de notre existence terrestre nul regrets et nul remords. Il s'agit d'apprendre ce qui va nous permettre de libérer notre esprit afin de le vider. L'esprit vide de traumatismes s'ouvre alors à des connaissances merveilleuses sur l'invisible, sur la conscience universelle, sur une immensité de découvertes toutes plus surprenantes les unes que les autres, et qui sont du bonheur.

Pour évoluer, changeons notre regard sur les choses, apprécions le côté illusoire de la vie matérielle ou sociale sur la terre, car les moyens matériels mis à notre disposition qu'il s'agisse d'objets (maison, argent...), ou de relations personnelles, sentimentales et familiales, ne nous sont que seulement prêtés pour un moment. Alors, apprécions-les maintenant sans nous fixer sur elles pour le futur.

Le ruisseau perdrait sa chanson si on enlevait tous les cailloux !

Il faut à la fois la pluie et le soleil pour faire un arc-en-ciel !

Il pleut ! C'est merveilleux !

 
Trouver le Bonheur